Vous êtes ici : Accueil

Accueil

Focus

Une problématique spécifique aux Antilles La chlordécone est la matière active d’un insecticide organochloré qui a été couramment utilisé aux Antilles, dans les années 80 sous les noms de Kepone, puis Curlone, pour lutter contre le charançon du bananier. L’autorisation de vente a été retirée par le Ministère de l’Agriculture en 1990, mais suite à des (...)

Le portail SIE du bassin

Le portail SIE* du bassin Martinique regroupe les informations et les données sur l’eau et les milieux aquatiques produites par les services publics (Etat, Office de l’Eau et collectivités territoriales) du bassin.

En effet, chaque département d’outre-mer constitue un bassin à part entière dont les portails composent une brique du Système d’Information sur l’Eau français.




Qui sommes-nous ?

Présentation

Le Système d’Information* sur l’Eau (SIE*) du bassin Martinique regroupe les services de l’Etat, les collectivités et organismes producteurs et détenteurs d’information sur l’eau et les milieux aquatiques du bassin Martinique. Ce portail de bassin s’inscrit au sein de la toile Eaufrance dont le portail national est www.eaufrance.fr.

La Direction de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement (DEAL) Martinique délègue à l’Office De l’Eau Martinique (ODE) sa mission de mise en place et d’animation du portail Internet du Système d’Information sur l’Eau (SIE*) pour le bassin de la Martinique. Ce portail SIE* vise à être la référence d’entrée nationale des données locales sur l’eau du bassin Martinique.

Le secrétariat du site est conjoint à :
- La Délégation du Bassin* Martinique
- L’Office De l’eau Martinique
- La Direction de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement de la Martinique

Objectifs et missions

Le SIE* du bassin Martinique vise à mettre en place un dispositif permanent de collecte, de traitement et de mise à disposition des informations sur les milieux aquatiques dans le but de répondre aux enjeux suivants :

- faciliter la circulation et l’utilisation d’une information homogène à l’usage des gestionnaires et des utilisateurs des milieux aquatiques ;
- valoriser le travail essentiel des producteurs de données ;
- optimiser le coût du système d’information sur l’eau et les milieux aquatiques ;
- garantir la production et l’archivage de séries de données constituant la mémoire de notre connaissance sur les milieux aquatiques. Concrètement, le SIE* de bassin a pour mission de :
- réaliser l’inventaire signalétique des données disponibles (forme, contenu et disponibilité des données, identification des producteurs) - diffuser largement ce signalétique auprès des utilisateurs ;
- confectionner des produits de traitement permettant la diffusion d’informations synthétiques ;
- collecter les données et informations synthétiques sur l’état des milieux aquatiques ;
- promouvoir la sauvegarde, la production et la standardisation des données (norme SANDRE*, archivage, validation, gestion patrimoniale des données anciennes) ;
- fournir au Comité de Bassin*, les éléments nécessaires à une évaluation de l’efficacité des actions de restauration et protection des milieux aquatiques
- fournir au Ministère en charge de l’Environnement les éléments justifiant la mise en œuvre des directives européennes qui ont été transcrites en droit français (cette opération se nomme le "rapporting" ou "rapportage").

Quels utilisateurs ?

Les utilisateurs concernés par le SIE* de bassin se décomposent en deux grandes familles :

- Les professionnels de l’eau : administration, services de police des eaux, bureaux d’étude, services techniques des collectivités, universitaires et chercheurs, associations. Ils sont plus précisément concernés par les aspects "Réseaux et mesures" et les données signalétiques et synthétiques. Ces utilisateurs utiliseront certainement également les synthèses présentées par les autres thèmes dans la mesure où ils y trouveront des états des lieux, des statistiques, des textes de références sur les domaines techniques dans lesquels ils opèrent ;

- Le grand public. On dénomme ainsi les utilisateurs avertis, non professionnels, qui sont demandeurs d’informations et auxquels l’administration (au sens large) est redevable d’un retour sur les données acquises sur crédits publics. La catégorie des "décideurs", si elle n’appartient pas à cette famille, a besoin en tant que gestionnaire des milieux aquatiques, d’une information qui a fait l’objet d’un niveau de synthèse et d’agrégation similaire ; leurs besoins sont donc pris en compte dans l’élaboration des synthèses et agglomérations de données.




 

Glossaire des mots associés à la page

Schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE)

Document de planification de la gestion de l'eau établi pour chaque bassin ou groupement de bassins, qui fixe les orientations fondamentales permettant de satisfaire à une gestion équilibrée et durable de la ressource en eau, détermine les objectifs assignés aux masses d'eau et prévoit les dispositions nécessaires pour atteindre les objectifs environnementaux, pour prévenir la détérioration de l'état des eaux et pour décliner les orientations fondamentales. Les SDAGE, approuvés pour la première fois en 1996 en application de la loi sur l'eau de 1992, ont été mis à jour fin 2009 pour répondre aux exigences de la directive cadre sur l'eau (DCE). Ils incluent désormais les plans de gestion prévus par cette directive. Le SDAGE est élaboré et adopté par le comité de bassin, et approuvé par le préfet coordonnateur de bassin. Le secrétariat technique de bassin constitue l'instance technique en charge de rédiger les éléments constitutifs du SDAGE. Il est établi pour la durée d'un cycle de gestion de six ans (2010-2015, 2016-2021, 2022-2027...) et est accompagné d'un programme de mesures qui identifie les mesures clefs permettant d'atteindre les objectifs définis. Les programmes et les décisions administratives dans le domaine de l'eau ainsi que les schémas départementaux de carrières (SDC) doivent être compatibles, ou rendus compatibles, avec les dispositions du SDAGE. Les schémas de cohérence territoriale (SCOT), les plans locaux d'urbanisme (PLU) et les cartes communales doivent être compatibles, ou rendus compatibles dans un délai de trois ans, avec les orientations fondamentales et les objectifs de qualité et de quantité définis par le SDAGE.

Directive
Acte juridique adressé aux Etats membres qui fixe des objectifs sans prescrire par quels moyens ces objectifs doivent être atteints. Les Etats destinataires ont donc une obligation quant au résultat mais sont laissés libres quant aux moyens à mettre en œuvre pour y parvenir. A l'initiative de la Commission, la cour de justice des communautés européennes peut sanctionner les Etats qui ne respecteraient pas leurs obligations.
Système d'Information sur l'Eau (SIE)
Système d'information conçu pour répondre aux besoins des parties prenantes (dont le grand public) en matière d'information environnementale publique dans le domaine de l'eau. Il recueille, bancarise et diffuse les données et les indicateurs sur l'eau, les milieux aquatiques et leurs usages. Son point d'entrée est le portail www.eaufrance.fr.
Bassin

Circonscription hydrographique française la plus grande en matière de planification et de gestion de l'eau. C'est à l'échelle du bassin ou du groupement de bassins qu'est élaboré le schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) et son programme de mesures. C'est à cette échelle qu'opèrent les grands acteurs de la gestion de l'eau que sont les comités de bassin, les préfets coordonnateurs de bassin et les délégations de bassin, ainsi que les agences de l'eau. Il existe quatorze bassins ou groupements de bassins en France.

Synonymes : District, Bassin DCE, Groupement de bassins.
Information
Données agrégées en vue d'une utilisation par l'homme. Le Service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre) produit de l'information notamment dans les documents de spécification.
Service d'administration national des données et référentiels sur l'eau (SANDRE)

Réseau d'organismes contributeurs du Système d'Information sur l'Eau (SIE) chargé de construire le langage commun des données sur l'eau. Le Service d'administration national des données et référentiels sur l'eau (SANDRE) comporte un secrétariat technique central ainsi que des administrateurs de données au sein des organismes contribuant au système d'information sur l'eau. Son rôle et son organisation sont définis dans l'arrêté du 26 juillet 2010 approuvant le schéma national des données sur l'eau (SNDE).