Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités nationales > Chemicals in European waters Knowledge

Chemicals in European waters Knowledge developments EEA Report N°18/2018

5 février 2019

Chemicals in European waters Knowledge developments EEA Report N°18/2018 chantal.fitoussi mar 05/02/2019 - 13:39

Substances* polluantes
Qualité de l’eau
14/01/2019
Chemicals in European waters  Knowledge developments EEA Report N°18/2018
L’objectif de ce rapport est d’améliorer la compréhension des produits chimiques qui continuent de présenter des risques importants pour l’environnement, surtout lorsqu’ils sont présents dans l’eau. Il examine également comment une meilleure connaissance et compréhension peut aider à améliorer les contrôles afin de minimiser les préjudices.
Le rapport donne un aperçu des informations sur les polluants utilisés dans l’évaluation de la qualité de l’eau en vertu de la directive-cadre sur l’eau (DCE*) et décrit certaines des techniques les plus récentes disponibles pour l’évaluation de la qualité de l’eau.
Auteur(s)
Caroline Whalley (AEE), Volker Mohaupt (European Topic Centre on Inland, Coastal and Marine Waters)
Direction de la publication
European Environment Agency (EEA)
Edition
Publications Office of the European Union, Luxembourg
Contribution
Peter Kristensen, Fernanda Néry, Ronan Uhel, Bastian Zeiger, Stéphane Isoard, Catherine Ganzleben (EEA) / Wibke Busch, Joost van den Roovaart and Nanette van Dujnhoven, Ingo Kirst, Ursula Schmedtje, Rolf Altenburger, Linda Sommer (ETCICMW)
Relecture
Asa Andersson, Malgorzata Bednarek, Emmanuelle Gratia, Simon Hatfield, Therese Leonhardt Hjorth, Andrea Majovska, Maria Szomolanyi Ritvayne, Marloes Schiereck, Kimmo Silvo
Langue
EN
Nombre de pages
80
Mots-clés
Environnement aquatique et marin, Qualité de l’eau, Pollution* chimique, Santé
Emprise géographique
France, Europe
Type
Rapport
Date de mise a jour

Voir la version originale de l'article
 

Glossaire des mots associés à la page

Directive cadre sur l'eau (DCE)

Directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l'eau, communément appelée directive cadre sur l'eau (DCE). Elle fixe des objectifs environnementaux et des échéances pour améliorer l'état écologique et l'état chimique des masses d'eau de surface ainsi que l'état quantitatif et l'état chimique des masses d'eau souterraine. Certaines masses d'eau, créées par l'activité humaine ou fondamentalement modifiées dans leurs caractéristiques par l'activité humaine, peuvent être désignées comme respectivement masses d'eau artificielles (MEA) ou masses d'eau fortement modifiées (MEFM). Dans ce cas, leurs caractéristiques et leur fonctionnement écologiques sont décrits par un potentiel écologique. La DCE fixe en particulier l'objectif général d'atteindre le « bon état » ou le « bon potentiel » des masses d'eau d'ici 2015, et établit une procédure de planification à cette fin. Suivant des cycles de gestion de six ans (2010-2015, 2016-2021, 2022-2027...) et au sein de chaque bassin ou groupement de bassins, un état des lieux doit être réalisé, un programme de surveillance doit être défini, une participation du public doit être assurée dans le cadre de l'élaboration du calendrier, du programme de travail et de la synthèse provisoire des questions importantes, ainsi que des projets de plans de gestion (qui sont inclus dans un SDAGE) et de programmes de mesures. Dans une logique de développement durable, les considérations économiques ont été explicitement prises en compte dans la directive. Ainsi, des exemptions sont prévues à l'atteinte du bon état et du bon potentiel d'ici 2015, qui peuvent être justifiées notamment par des coûts disproportionnés. Il doit, de plus, être fait état des mesures prises en matière de tarification de l'eau et de récupération des coûts des services de l'eau.

Pollution
Détérioration de l'environnement par des substances chimiques, physiques ou organiques qui ne peuvent pas (ou ne peuvent plus) être éliminées naturellement par l'écosystème. La pollution a pour origine principale l'activité humaine. Elle résulte soit de l'introduction dans le milieu d'une substance artificielle non dégradable, soit du dépassement du seuil toléré par le milieu. Une pollution est susceptible de contribuer ou de causer : un danger pour la santé des hommes, des détériorations des ressources biologiques, des écosystèmes ou des biens matériels, une entrave à un usage légitime de l'environnement. Un adjectif est souvent associé au terme « pollution » ; ainsi on parle de : pollution historique, pollution nouvelle, pollution résiduelle, pollution chronique, pollution diffuse, pollution dispersée, pollution ponctuelle, pollution accidentelle, pollution toxique, etc.
Substance
Matière caractérisée par ses propriétés spécifiques.