Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités nationales > 15 obstacles à l’écoulement pour 100 (...)

15 obstacles à l’écoulement pour 100 km de cours d’eau

31 mai 2017

L’Observatoire National de la Biodiversité (ONB) a récemment mis à jour ses données sur la fragmentation des cours d’eau et notamment sur la densité d’obstacles à l’écoulement des cours d’eau métropolitains. L’indicateur proposé est issu de la base de données « Référentiel* des Obstacles à l’Écoulement (ROE) », gérée par l’Agence française pour la biodiversité (AFB) afin de recenser les obstacles présents sur le territoire. À ce jour, 92 000 obstacles à l’écoulement des cours d’eau validés sont répertoriés dans la base de données sur les 120 000 estimés.

Les Hommes ont depuis longtemps entrepris la construction de seuils et de barrages dans les rivières afin de produire de l’énergie, de rendre possible la navigation et d’effectuer des prélèvements pour la consommation ou l’irrigation. Néanmoins, certains obstacles présents sur les cours d’eau aujourd’hui produisent des perturbations de la continuité écologique, plus ou moins importantes selon leur hauteur ou leur emplacement par exemple (de l’embouchure à la source du cours d’eau). Ils peuvent modifier potentiellement les conditions hydrologiques, physico-chimiques et morphologiques d’un territoire.

L’indicateur proposé par l’ONB présente le nombre d’obstacles à l’écoulement des cours d’eau métropolitains pour 100 km de linéaire. 15 obstacles à l’écoulement pour 100 km de cours d’eau sont répertoriés en mai 2017. La répartition des obstacles sur le territoire français semble aujourd’hui très inégale. Il convient de rester prudent sur ce constat, puisque des compléments d’inventaire à venir pourront modifier cette répartition. Leur densité semble approcher les 60 ouvrages pour 100 km sur le Rhin supérieur, contre 5 à 10 fois moins dans le sud de la France continentale. La Corse et les départements d’Outre-mer sont moins soumis à la pression de fragmentation.

Sur le site de l’ONB : consulter l’indicateur sur la fragmentation des cours d’eau


Sur onde.eaufrance.fr, accéder à l’observatoire national des étiages.

Sur www.cartograph.eaufrance.fr :
- Nombre d’obstacles à l’écoulement par sous-unité DCE* en janvier 2017
- Type d’obstacle à l’écoulement en janvier 2017
- Hauteur de chute à l’étiage des obstacles à l’écoulement en janvier 2017

Voir la version originale de l'article
 

Glossaire des mots associés à la page

Directive cadre sur l'eau (DCE)

Directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l'eau, communément appelée directive cadre sur l'eau (DCE). Elle fixe des objectifs environnementaux et des échéances pour améliorer l'état écologique et l'état chimique des masses d'eau de surface ainsi que l'état quantitatif et l'état chimique des masses d'eau souterraine. Certaines masses d'eau, créées par l'activité humaine ou fondamentalement modifiées dans leurs caractéristiques par l'activité humaine, peuvent être désignées comme respectivement masses d'eau artificielles (MEA) ou masses d'eau fortement modifiées (MEFM). Dans ce cas, leurs caractéristiques et leur fonctionnement écologiques sont décrits par un potentiel écologique. La DCE fixe en particulier l'objectif général d'atteindre le « bon état » ou le « bon potentiel » des masses d'eau d'ici 2015, et établit une procédure de planification à cette fin. Suivant des cycles de gestion de six ans (2010-2015, 2016-2021, 2022-2027...) et au sein de chaque bassin ou groupement de bassins, un état des lieux doit être réalisé, un programme de surveillance doit être défini, une participation du public doit être assurée dans le cadre de l'élaboration du calendrier, du programme de travail et de la synthèse provisoire des questions importantes, ainsi que des projets de plans de gestion (qui sont inclus dans un SDAGE) et de programmes de mesures. Dans une logique de développement durable, les considérations économiques ont été explicitement prises en compte dans la directive. Ainsi, des exemptions sont prévues à l'atteinte du bon état et du bon potentiel d'ici 2015, qui peuvent être justifiées notamment par des coûts disproportionnés. Il doit, de plus, être fait état des mesures prises en matière de tarification de l'eau et de récupération des coûts des services de l'eau.

Référentiel

Spécifications et ensemble structuré d'informations utilisés pour l'exécution d'un système d'information, constituant un cadre commun à plusieurs applications. Le Service d'administration national des données et référentiels sur l'eau (Sandre) produit des documents de spécification et des jeux de données de référence constituant le référentiel des données du Système d'information sur l'eau (SIE).