Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités nationales > Nitrates d’origine agricole : des (...)

Nitrates d’origine agricole : des variations plus marquées dans les zones vulnérables

23 juillet 2015

Le dernier bilan des concentrations en nitrates d’origine agricole - mesurées dans les milieux aquatiques en 2012-2013 – s’appuie sur l’analyse d’environ 5 500 stations de surveillance, dont 60% en eaux de surface et 40% en eaux souterraines.

Depuis 1991, la directive « nitrates » vise à protéger la qualité de l’eau en prévenant la pollution des eaux souterraines et superficielles par les nitrates d’origine agricole. En France, sa mise en œuvre a débuté en 1992 avec la première campagne de surveillance des concentrations en nitrates dans les milieux aquatiques ; quatre autres se sont déroulées depuis. En complément de celles-ci, le ministère en charge de l’environnement, l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema) et l’Office International de l’eau (OIEau) réalisent chaque année depuis 2006 un bilan des mesures de concentrations en nitrates réalisées dans le cadre du programme national de la surveillance des milieux aquatiques, en application de la directive-cadre sur l’eau (DCE*), en métropole et en outre-mer.

Les mesures réalisées sur l’année hydrologique allant du 1er octobre 2012 au 30 septembre 2013 révèlent une concentration moyenne en nitrates supérieure à 40 mg/l pour 5% des stations en eaux de surface et 23% en eaux souterraines : cela signifie que, sur ces stations, des mesures préventives de restauration environnementale doivent être prises. Ces stations sont d’ailleurs quasiment toutes situées dans les zones vulnérables.

Par ailleurs, entre 1992-1993 et 2012-2013, la concentration moyenne s’est stabilisée ou a diminué pour 48% des 737 stations communes entre les deux périodes dans les cours d’eau et pour 49% des 525 stations communes dans les eaux souterraines. Les variations les plus marquées, diminutions ou augmentations, sont également observées en zones vulnérables.

Accéder à la synthèse « Concentrations* en nitrates d’origine agricole dans les cours d’eau et les eaux souterraines (données 2012-2013) »

Pour aller plus loin :

Concentration* moyenne en nitrates dans les eaux de surface en 2010-2011
Concentration* moyenne en nitrates dans les eaux souterraines en 2010-2011
Concentration* maximale en nitrates dans les eaux de surface en 2010-2011
Concentration* maximale en nitrates dans les eaux souterraines en 2010-2011

Voir la version originale de l'article
 

Glossaire des mots associés à la page

Directive cadre sur l'eau (DCE)

Directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l'eau, communément appelée directive cadre sur l'eau (DCE). Elle fixe des objectifs environnementaux et des échéances pour améliorer l'état écologique et l'état chimique des masses d'eau de surface ainsi que l'état quantitatif et l'état chimique des masses d'eau souterraine. Certaines masses d'eau, créées par l'activité humaine ou fondamentalement modifiées dans leurs caractéristiques par l'activité humaine, peuvent être désignées comme respectivement masses d'eau artificielles (MEA) ou masses d'eau fortement modifiées (MEFM). Dans ce cas, leurs caractéristiques et leur fonctionnement écologiques sont décrits par un potentiel écologique. La DCE fixe en particulier l'objectif général d'atteindre le « bon état » ou le « bon potentiel » des masses d'eau d'ici 2015, et établit une procédure de planification à cette fin. Suivant des cycles de gestion de six ans (2010-2015, 2016-2021, 2022-2027...) et au sein de chaque bassin ou groupement de bassins, un état des lieux doit être réalisé, un programme de surveillance doit être défini, une participation du public doit être assurée dans le cadre de l'élaboration du calendrier, du programme de travail et de la synthèse provisoire des questions importantes, ainsi que des projets de plans de gestion (qui sont inclus dans un SDAGE) et de programmes de mesures. Dans une logique de développement durable, les considérations économiques ont été explicitement prises en compte dans la directive. Ainsi, des exemptions sont prévues à l'atteinte du bon état et du bon potentiel d'ici 2015, qui peuvent être justifiées notamment par des coûts disproportionnés. Il doit, de plus, être fait état des mesures prises en matière de tarification de l'eau et de récupération des coûts des services de l'eau.

Concentration
Proportion d'une espèce chimique dissoute dans une solution.