Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités nationales > Nombre record de saumons dans le (...)

Nombre record de saumons dans le bassin de la Loire

29 avril 2015

Dans le cadre du suivi effectué sur les poissons migrateurs du bassin de la Loire, l’association LOGRAMI a récemment diffusé les derniers chiffres issus des stations de comptage implantées sur le territoire. Sur l’axe Loire-Vienne-Creuse-Gartempe, à la station de Descartes, 137 saumons ont été comptabilisés au 19 avril 2015 : un effectif record.

LOGRAMI est la structure de référence pour la recherche menée sur les poissons migrateurs du bassin de la Loire. L’association a pour objectif de répondre à des maîtrises d’ouvrage d’opérations en faveur de cette population, notamment avec le suivi des stations de comptages. Ces stations sont présentes dans certaines passes-à-poissons, équipant des barrages qui ne seraient normalement pas franchissables sans ces passes. LOGRAMI est en charge du suivi du réseau de 9 stations du bassin : ces dernières acquièrent en continu des informations sur les poissons grands migrateurs au cours de leur migration de reproduction ou de colonisation de la rivière.

Cette année, le nombre de saumons comptabilisés à la station de Descartes sur l’axe Loire-Vienne-Creuse-Gartempe est un record : 137 au 19 avril 2015. Le précédent record de 122 saumons sur cet axe, observé durant l’année 2011, a ainsi été battu. Le suivi en continu des migrations aux différentes stations, réalisé depuis 25 ans pour la station la plus ancienne, permet ainsi d’acquérir des données chronologiques sur l’état des populations de poissons migrateurs. Il représente un bon indicateur de l’état des populations et du niveau de colonisation des poissons du bassin de la Loire. Toutefois, il est à noter que le nombre d’obstacles rencontrés sur la Creuse et la Gartempe font que peu de saumons arrivent sur les frayères à l’amont du bassin.

Sur le site de LOGRAMI : Consulter la page dédiée aux stations de comptage

Sur eaufrance, accédez à la synthèse « Tendances évolutives des populations de poissons de 1990 à 2009 »

Sur www.zones-humides.eaufrance.fr, accédez au « moteur de recherche d’opérations de restauration »

Voir la version originale de l'article
 

Glossaire des mots associés à la page

Schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE)

Document de planification de la gestion de l'eau établi pour chaque bassin ou groupement de bassins, qui fixe les orientations fondamentales permettant de satisfaire à une gestion équilibrée et durable de la ressource en eau, détermine les objectifs assignés aux masses d'eau et prévoit les dispositions nécessaires pour atteindre les objectifs environnementaux, pour prévenir la détérioration de l'état des eaux et pour décliner les orientations fondamentales. Les SDAGE, approuvés pour la première fois en 1996 en application de la loi sur l'eau de 1992, ont été mis à jour fin 2009 pour répondre aux exigences de la directive cadre sur l'eau (DCE). Ils incluent désormais les plans de gestion prévus par cette directive. Le SDAGE est élaboré et adopté par le comité de bassin, et approuvé par le préfet coordonnateur de bassin. Le secrétariat technique de bassin constitue l'instance technique en charge de rédiger les éléments constitutifs du SDAGE. Il est établi pour la durée d'un cycle de gestion de six ans (2010-2015, 2016-2021, 2022-2027...) et est accompagné d'un programme de mesures qui identifie les mesures clefs permettant d'atteindre les objectifs définis. Les programmes et les décisions administratives dans le domaine de l'eau ainsi que les schémas départementaux de carrières (SDC) doivent être compatibles, ou rendus compatibles, avec les dispositions du SDAGE. Les schémas de cohérence territoriale (SCOT), les plans locaux d'urbanisme (PLU) et les cartes communales doivent être compatibles, ou rendus compatibles dans un délai de trois ans, avec les orientations fondamentales et les objectifs de qualité et de quantité définis par le SDAGE.

Alimentation en Eau Potable (AEP)

Ensemble des équipements, des services et des actions qui permettent, en partant d'une eau brute, de produire une eau conforme aux normes de potabilité en vigueur, distribuée ensuite aux consommateurs. On considère 5 étapes distinctes dans cette alimentation : prélèvements, captages, traitement pour potabiliser l'eau, adduction (transport et stockage), et distribution au consommateur.

Contamination

Processus par lequel un biotope - et (ou) une population, voire une communauté toute entière - se trouve exposé à un polluant chimique ou radioactif.

Directive
Acte juridique adressé aux Etats membres qui fixe des objectifs sans prescrire par quels moyens ces objectifs doivent être atteints. Les Etats destinataires ont donc une obligation quant au résultat mais sont laissés libres quant aux moyens à mettre en œuvre pour y parvenir. A l'initiative de la Commission, la cour de justice des communautés européennes peut sanctionner les Etats qui ne respecteraient pas leurs obligations.
Hydrocarbure aromatique polycyclique (HAP)
Groupe de plus de 100 composés organiques différents constitués de plusieurs anneaux de benzène. Certains d'entre eux sont persistants et cancérigènes. Les hydrocarbures aromatiques polycliques, plus connus sous le sigle HAP, sont généralement formés lors de la combustion incomplète de charbon, de pétrole, de gaz, de déchets ou d'autres substances organiques.
Matière oxydable (MO)
Matière organique carbonée ou azotée (substance d'origine biologique). Les matières oxydables constituent l'essentiel de la partie biodégradable de la pollution organique rejetée. Pour les éliminer, les bactéries présentes dans le milieu utilisent l'oxygène dissous dans l'eau. Des déversements importants de matière organique peuvent entraîner des déficits notables en oxygène dissous, perturbant ainsi l'équilibre biologique d'un cours d'eau.
Synonyme : Matière organique.
Phytosanitaire
Produits destinés aux soins des végétaux. Il peut exister une confusion avec les pesticides, qui sont des produits phytosanitaires, mais seulement destinés à lutter contre les organismes jugés nuisibles. Les produits phytosanitaires sont utilisés en quantités importantes, dans différents domaines d'application : en premier lieu l'agriculture, mais aussi la voirie (entretien des routes et des voies ferrées) et divers usages privés (jardinage, traitement des locaux, etc.). En fait les phytosanitaires dénomment les mêmes produits que les pesticides mais ils sont alors utilisés pour l'agriculture et la protection des cultures. Les produits phytosanitaires regroupent un grand nombre de classes de produits telles que : les insecticides (qui tuent les insectes), les fongicides (qui éliminent les champignons), les herbicides (qui désherbent), les nématicides (qui tuent les nématodes et les vers de terre), les rodonticides (utilisés pour se débarrasser des différents rongeurs tels que rats, souris, mulots, lérots, …).
Synonymes : Pesticide, Produit phytosanitaire.
Système d'Information sur l'Eau (SIE)
Système d'information conçu pour répondre aux besoins des parties prenantes (dont le grand public) en matière d'information environnementale publique dans le domaine de l'eau. Il recueille, bancarise et diffuse les données et les indicateurs sur l'eau, les milieux aquatiques et leurs usages. Son point d'entrée est le portail www.eaufrance.fr.