Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités nationales > Les pesticides du bassin Artois-Picardie

Les pesticides du bassin Artois-Picardie

9 octobre 2014

La France se positionne au premier rang européen pour l’utilisation de pesticides, des produits chimiques, naturels ou de synthèse destinés à lutter contre les organismes nuisibles. Dans les objectifs fixés par la Directive*-cadre sur l’eau (DCE*) pour l’année 2015, la contamination par les pesticides est définie comme un facteur limitant. Leur présence a en effet un impact direct sur les milieux aquatiques et leurs usages. Le devenir de ces substances dans les eaux des rivières, les nappes phréatiques et plus généralement dans l’environnement, est donc un enjeu majeur.

En 2007, l’Agence de l’Eau Artois-Picardie a mis en place un programme de surveillance dans le but d’évaluer la contamination des eaux de surface et des eaux souterraines du bassin par ces pesticides. Elle vient de publier un document intitulé « Bilan sur la présence de pesticides dans les rivières et les nappes du bassin Artois-Picardie », qui propose les résultats issus de ces suivis (pour la période 2007-2012), une illustration actuelle de la contamination ainsi que ses évolutions, que ce soit au niveau des stations de mesure ou au niveau des pesticides recherchés.

Sur le site de l’Agence de l’Eau Artois-Picardie : Accéder au document




Sur le site glossaire les mots-clefs sur ce sujet : Phytosanitaire* ; DCE* ; Programme de surveillance ; Station de mesure*
=> www.glossaire.eaufrance.fr

Sur le portail des documents techniques sur l’eau : Consulter Consulter le « Zoom sur » Pesticides* et eau depuis 2009
=> www.documentation.eaufrance.fr

Sur le portail eaufrance : Consulter la Fiche technique Eaufrance - Les ventes de produits phytosanitaires (données 2008-2011)
=> www.eaufrance.fr

Voir la version originale de l'article
 

Glossaire des mots associés à la page

Directive cadre sur l'eau (DCE)

Directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l'eau, communément appelée directive cadre sur l'eau (DCE). Elle fixe des objectifs environnementaux et des échéances pour améliorer l'état écologique et l'état chimique des masses d'eau de surface ainsi que l'état quantitatif et l'état chimique des masses d'eau souterraine. Certaines masses d'eau, créées par l'activité humaine ou fondamentalement modifiées dans leurs caractéristiques par l'activité humaine, peuvent être désignées comme respectivement masses d'eau artificielles (MEA) ou masses d'eau fortement modifiées (MEFM). Dans ce cas, leurs caractéristiques et leur fonctionnement écologiques sont décrits par un potentiel écologique. La DCE fixe en particulier l'objectif général d'atteindre le « bon état » ou le « bon potentiel » des masses d'eau d'ici 2015, et établit une procédure de planification à cette fin. Suivant des cycles de gestion de six ans (2010-2015, 2016-2021, 2022-2027...) et au sein de chaque bassin ou groupement de bassins, un état des lieux doit être réalisé, un programme de surveillance doit être défini, une participation du public doit être assurée dans le cadre de l'élaboration du calendrier, du programme de travail et de la synthèse provisoire des questions importantes, ainsi que des projets de plans de gestion (qui sont inclus dans un SDAGE) et de programmes de mesures. Dans une logique de développement durable, les considérations économiques ont été explicitement prises en compte dans la directive. Ainsi, des exemptions sont prévues à l'atteinte du bon état et du bon potentiel d'ici 2015, qui peuvent être justifiées notamment par des coûts disproportionnés. Il doit, de plus, être fait état des mesures prises en matière de tarification de l'eau et de récupération des coûts des services de l'eau.

Directive
Acte juridique adressé aux Etats membres qui fixe des objectifs sans prescrire par quels moyens ces objectifs doivent être atteints. Les Etats destinataires ont donc une obligation quant au résultat mais sont laissés libres quant aux moyens à mettre en œuvre pour y parvenir. A l'initiative de la Commission, la cour de justice des communautés européennes peut sanctionner les Etats qui ne respecteraient pas leurs obligations.
Phytosanitaire
Produits destinés aux soins des végétaux. Il peut exister une confusion avec les pesticides, qui sont des produits phytosanitaires, mais seulement destinés à lutter contre les organismes jugés nuisibles. Les produits phytosanitaires sont utilisés en quantités importantes, dans différents domaines d'application : en premier lieu l'agriculture, mais aussi la voirie (entretien des routes et des voies ferrées) et divers usages privés (jardinage, traitement des locaux, etc.). En fait les phytosanitaires dénomment les mêmes produits que les pesticides mais ils sont alors utilisés pour l'agriculture et la protection des cultures. Les produits phytosanitaires regroupent un grand nombre de classes de produits telles que : les insecticides (qui tuent les insectes), les fongicides (qui éliminent les champignons), les herbicides (qui désherbent), les nématicides (qui tuent les nématodes et les vers de terre), les rodonticides (utilisés pour se débarrasser des différents rongeurs tels que rats, souris, mulots, lérots, …).
Synonymes : Pesticide, Produit phytosanitaire.
Station de mesure
Lieu situé sur une entité hydrographique (cours d'eau, plans d'eau, canaux...), sur lequel sont effectués des mesures ou des prélèvements en vue d'analyses physico-chimiques, microbiologiques..., afin de déterminer la qualité des milieux aquatiques à cet endroit. Il s'agit d'un volume dans lequel il est possible de faire des mesures en différents sites réputés cohérents et représentatifs de la station.