Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités nationales > Suivi chimique des masses d’eau (...)

Suivi chimique des masses d’eau côtières et de transition du bassin Adour-Garonne

7 mars 2014

Dans le cadre du contrôle de surveillance, la directive-cadre sur l’eau (DCE*) prévoit la valorisation et la diffusion des données acquises. En 2012, une convention a été passée entre l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) et l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, prévoyant la publication d’une synthèse des données du suivi chimique « Biote ». Ce suivi, élaboré à partir de mesures réalisées dans les mollusques chaque année entre 2008 et 2011, concernent essentiellement les masses d’eau côtières et de transition du bassin Adour-Garonne.

Ce rapport scientifique permet de découvrir les données récentes sur les contaminants chimiques dans ces masses d’eaux du district Adour-Garonne de la manière suivante : rappel des objectifs souhaités, présentation du secteur pris en compte, de la nature des prélèvements et des méthodes employées puis exposition des résultats. Les valeurs obtenues et présentées à travers cet ouvrage sont comparées aux valeurs de référence disponibles afin de statuer sur la qualité chimique des masses d’eau du bassin.

Sur le site Archimer, archive institutionnelle de l’Ifremer : Télécharger le rapport scientifique




Sur le site glossaire les mots-clefs sur ce sujet : Contrôle de surveillance*, DCE*, Etat chimique*
=> www.glossaire.eaufrance.fr

Sur le Portail des documents techniques sur l’eau : Consulter la notice de ce document
=> www.documentation.eaufrance.fr

Voir la version originale de l'article
 

Glossaire des mots associés à la page

Contrôle de surveillance
Contrôle ayant pour vocation d'évaluer l'état général et les tendances d'évolution (à long terme) des eaux du bassin hydrographique, que ces évolutions soient naturelles ou dues aux activités humaines.
Directive cadre sur l'eau (DCE)

Directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l'eau, communément appelée directive cadre sur l'eau (DCE). Elle fixe des objectifs environnementaux et des échéances pour améliorer l'état écologique et l'état chimique des masses d'eau de surface ainsi que l'état quantitatif et l'état chimique des masses d'eau souterraine. Certaines masses d'eau, créées par l'activité humaine ou fondamentalement modifiées dans leurs caractéristiques par l'activité humaine, peuvent être désignées comme respectivement masses d'eau artificielles (MEA) ou masses d'eau fortement modifiées (MEFM). Dans ce cas, leurs caractéristiques et leur fonctionnement écologiques sont décrits par un potentiel écologique. La DCE fixe en particulier l'objectif général d'atteindre le « bon état » ou le « bon potentiel » des masses d'eau d'ici 2015, et établit une procédure de planification à cette fin. Suivant des cycles de gestion de six ans (2010-2015, 2016-2021, 2022-2027...) et au sein de chaque bassin ou groupement de bassins, un état des lieux doit être réalisé, un programme de surveillance doit être défini, une participation du public doit être assurée dans le cadre de l'élaboration du calendrier, du programme de travail et de la synthèse provisoire des questions importantes, ainsi que des projets de plans de gestion (qui sont inclus dans un SDAGE) et de programmes de mesures. Dans une logique de développement durable, les considérations économiques ont été explicitement prises en compte dans la directive. Ainsi, des exemptions sont prévues à l'atteinte du bon état et du bon potentiel d'ici 2015, qui peuvent être justifiées notamment par des coûts disproportionnés. Il doit, de plus, être fait état des mesures prises en matière de tarification de l'eau et de récupération des coûts des services de l'eau.

Etat chimique
Appréciation de la qualité d'une eau sur la base des concentrations en polluants incluant notamment les substances prioritaires. L'état chimique comporte deux classes : bon et médiocre. Le bon état chimique d'une eau de surface est atteint lorsque les concentrations en polluants ne dépassent pas les normes de qualité environnementale. Le bon état chimique d'une eau souterraine est atteint lorsque les concentrations de polluants ne montrent pas d'effets d'entrée d'eau salée, ne dépassent pas les normes de qualité et n'empêchent pas d'atteindre les objectifs pour les eaux de surface associées.