Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités nationales > Inventaire des mares d’Île-de-France

Inventaire des mares d’Île-de-France

2 décembre 2013

La Société nationale de protection de la nature (SNPN) et Natureparif, l’agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, viennent de lancer « Si les mares m’étaient comptées », un site web consacré à l’inventaire participatif et au suivi des mares franciliennes. En effet, face au constat de la disparition des mares dans l’hexagone (entre 30 et 50 % ont disparu depuis 1950), la SNPN a mis en place en 2010 un inventaire régional de ces milieux. Aujourd’hui, cet inventaire est rendu public : au-delà du simple recensement, il s’agit de lancer une véritable dynamique régionale de préservation de ces milieux.

Le travail réalisé a permis d’identifier plus de 22 250 mares en Île-de-France. Près d’un tiers d’entre-elles a été signalé sur le site de l’opération mais environ 15 000 mares doivent encore être visitées. Chacun est donc invité à participer à l’inventaire. Des outils pour aider à caractériser au mieux les mares sont à disposition sur le site, qui permet ensuite de déposer les données obtenues. Les informations recensées permettent de compléter les connaissances régionales sur ces milieux, de mettre en place un suivi à long terme et de mener des actions de préservation en faveur de ces petites zones humides.

Découvrir le site « Si les mares m’étaient comptées »

Sur le Portail des Zones Humides : Découvrez la diversité des milieux humides




Sur le site glossaire les mots-clefs sur ce sujet : Mare*, Zone humide*, Préservation*
=> www.glossaire.eaufrance.fr

Sur le Portail des documents techniques sur l’eau : Consulter tous les documents produits sur ce thème via la recherche textuelle
=> www.documentation.eaufrance.fr

Voir la version originale de l'article
 

Glossaire des mots associés à la page

Mare

Etendue d'eau superficielle de petite taille et de faible profondeur, permanente ou saisonnière. Les mares de l'estran abritent une flore et une faune d'une grande variété et notamment des juvéniles de nombreuses espèces de poissons. Petite étendue d'eau dormante, permanente ou temporaire, généralement de formation naturelle, plus petite qu'un étang.

Préservation
Opération de sensibilisation, de protection ou de maîtrise foncière de secteurs menacés par une pression anthropique latente. Ceci peut se concrétiser par des arrêtés de biotopes, l'achat de terres sur un espace alluvial élargi ou en secteur de mobilité potentielle d'un cours d'eau, des contrats d'exploitation extensive de terres riveraines avec des agriculteurs, la définition de zones « tampon », etc.
Zone humide (ZH)
Zone où l'eau, douce, salée ou saumâtre, est le principal facteur qui contrôle le milieu naturel et la vie animale et végétale associée. Les zones humides sont alimentées par le débit du cours d'eau et/ou par les remontées de nappes phréatiques et sont façonnées par l'alternance de hautes eaux et basses eaux. Il s'agit par exemple des ruisseaux, des tourbières, des étangs, des mares, des berges, des prairies inondables, des prés salés, des vasières, des marais côtiers, des estuaires. Ces zones sont des espaces de transition entre la terre et l'eau (ce sont des écotones). La végétation présente a un caractère hygrophile (qui absorbe l'eau) marqué. Comme tous ces types d'espaces particuliers, il présente une forte potentialité biologique (faune et flore spécifique) et ont un rôle de régulation de l'écoulement et d'amélioration de la qualité des eaux. La convention de Ramsar a adopté une optique plus large pour déterminer quelles zones humides peuvent être placées sous son égide. Les zones humides sont « des étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d'eaux naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires, où l'eau est stagnante ou courante, douce, saumâtre ou salée, y compris des étendues d'eau marine dont la profondeur à marée basse n'excède pas six mètres ».