Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités nationales > Des populations de poissons qui (...)

Des populations de poissons qui évoluent

25 juillet 2013

La structure des communautés et des populations piscicoles reflète l’état de l’écosystème et témoigne des pressions exercées par l’homme : pollutions, dégradation des berges, obstacles à l’écoulement des eaux, prélèvements d’eau excessifs, surpêche… Pour ces raisons, les populations de poissons font l’objet d’une surveillance particulière : ils figurent parmi les éléments permettant d’évaluer la qualité de l’eau des rivières, notamment en application de la directive cadre sur l’eau (DCE*), au même titre que la qualité chimique, la présence d’autres espèces vivantes (algues, invertébrés, …) ou le bon écoulement des eaux. Par ailleurs, les poissons sont au centre de nombreuses activités humaines - la pêche professionnelle, l’aquaculture, la pêche de loisir, l’aquariophilie, etc. - et fournissent ainsi de nombreux services écologiques. Ils bénéficient ainsi de mesures réglementaires de conservation, au travers de la directive Habitats* ou de programmes spécifiques (plan de gestion des anguilles, par exemple, ou programme LIFE Apron). L’évolution temporelle des populations de poissons revêt ainsi un intérêt indéniable pour déterminer les mesures de gestion à mettre en œuvre et juger de leurs effets. C’est l’objet de cette synthèse réalisée par l’Onema.

Voir la version originale de l'article
 

Glossaire des mots associés à la page

Directive cadre sur l'eau (DCE)

Directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l'eau, communément appelée directive cadre sur l'eau (DCE). Elle fixe des objectifs environnementaux et des échéances pour améliorer l'état écologique et l'état chimique des masses d'eau de surface ainsi que l'état quantitatif et l'état chimique des masses d'eau souterraine. Certaines masses d'eau, créées par l'activité humaine ou fondamentalement modifiées dans leurs caractéristiques par l'activité humaine, peuvent être désignées comme respectivement masses d'eau artificielles (MEA) ou masses d'eau fortement modifiées (MEFM). Dans ce cas, leurs caractéristiques et leur fonctionnement écologiques sont décrits par un potentiel écologique. La DCE fixe en particulier l'objectif général d'atteindre le « bon état » ou le « bon potentiel » des masses d'eau d'ici 2015, et établit une procédure de planification à cette fin. Suivant des cycles de gestion de six ans (2010-2015, 2016-2021, 2022-2027...) et au sein de chaque bassin ou groupement de bassins, un état des lieux doit être réalisé, un programme de surveillance doit être défini, une participation du public doit être assurée dans le cadre de l'élaboration du calendrier, du programme de travail et de la synthèse provisoire des questions importantes, ainsi que des projets de plans de gestion (qui sont inclus dans un SDAGE) et de programmes de mesures. Dans une logique de développement durable, les considérations économiques ont été explicitement prises en compte dans la directive. Ainsi, des exemptions sont prévues à l'atteinte du bon état et du bon potentiel d'ici 2015, qui peuvent être justifiées notamment par des coûts disproportionnés. Il doit, de plus, être fait état des mesures prises en matière de tarification de l'eau et de récupération des coûts des services de l'eau.

Habitat

Environnement physique conditionnant la vie d'une espèce à un stade donné. Il est généralement décrit par des variables physiques comme la hauteur d'eau, la vitesse de courant et le substrat. Au cours de la journée et selon l'activité de la journée, les poissons utilisent différents types d'abris : des sous berges, des macrophytes, des blocs. Au sens de la directive 92/43/CEE, milieu dans lequel vit une espèce ou un groupe d'espèces animales ou végétales (par exemple, les tourbières, les roselières d'estuaire, les chênaies, ...). Ce sont des zones terrestres ou aquatiques possédant des caractéristiques biogéographiques et géologiques particulières.